Est-Ce Dieu qui ordonna à Abraham de sacrifier son Fils ?:



Rappelons qu'une grande majorité des musulmans répondraient par l’affirmative, car nous avons toujours entendu dire que Dieu ordonna à Abraham d’égorger son fils en offrande. cependant on occulte, comme souvent, l'autre avis qui stipule le contraire. Et si l'on se posait certaines questions pour essayer de mettre un peu du bon sens dans cette affaire ...

 

Si Dieu ordonna effectivement à son Prophète Abraham d’immoler son fils, cela ne signifie-il pas qu'Il lui ordonne de tuer un être humain ? Dieu commanditerait-Il un meurtre ?

Si Dieu a rendu la vie sacrée en interdisant de tuer un innocent, de surcroît un enfant, peut-Il en même temps ordonner à son Messager prophète de l’accomplir ?

Ce Dieu, Le Très Aimant et Le Tout Miséricordieux est-Il devenu si cruel avec Abraham pour lui ordonner, en tant que père de tuer son propre enfant en offrande ?

Laissons simplement notre raison et le bon sens répondre à ces questions, et puis voyons ce que dit vraiment le Coran ? Dieu ordonna-t-Il réellement à Abraham d'égorger son fils ?

 

Voici le passage coranique qui relate le récit de ce fameux sacrifice :

 

« Puis quand celui-ci fut en âge de l'accompagner, [Abraham] dit : « Ô mon fils, je me vois en songe en train de t'immoler. Vois donc ce que tu en penses ». (Ismaël) dit : « Ô mon cher père, fais ce qui t'es commandé : tu me trouveras, s'il plaît à Dieu, du nombre des endurants ». Puis quand tous deux se furent soumis et qu'il l'eut mis sur le front, voilà que Nous l'appelâmes « Ô Abraham ! Tu as confirmé le songe ! C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants ». C'était là certes, l'épreuve manifeste. Et Nous le rançonnâmes d'une immolation généreuse. Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité : « Paix sur Abraham ». Car il était de Nos serviteurs croyants… »

 

Sourate 37 – Versets 102 à 111)

 

En lisant attentivement ce passage, à aucun moment Dieu n’évoque explicitement un ordre qu'Il donne, cependant Il confirme simplement le rêve réalisé par son Messager, Il emploie le terme arabe « Ro’ya » - qui se traduit par les mots : rêve, songe ou vision. 

Le fils dit à son père: " Fais ce qui t'es ordonné ", lui-même pensait son père agissait sur ordre de Dieu, or ce dernier déclare clairement: « Ô mon fils, je me vois en songe en train de t'immoler ». Abraham ne dit pas: " Je me vois en songe entrain de t'immoler par la volonté de Dieu !".

 

Par ailleurs, pourquoi Abraham demande-t-il l’avis de son fils ? Ce passage coranique montre plutôt Abraham dans une situation d'hésitation. Pourtant quand Dieu révèle un ordre à l’un de ses Messagers, il n’y a pas l’ombre d'ambiguïté, tout Prophète se soumet à la Révélation de son Seigneur sans hésiter. Or dans ce passage, Abraham n’est pas convaincu, et pour se rassurer il va même demander l'avis de son fils, celui d'un enfant. Est-ce qu'un Messager de la trempe d'Abraham peut-il hésiter face à un ordre divin ? Aucunement ...

 

Mais s’il ne s’agit que d’un simple songe et non d’un ordre divin, d’où peut venir cette idée à Abraham d'égorger son propre fils en offrande à Dieu ?  Il faut pour cela connaitre son histoire. Il est natif de Babylone, d’Ûr précisément. Il y vécu jusqu’à l’âge adulte parmi son peuple, et Il fut envoyé à lui comme Prophète Messager. Il existait une tradition chez les babyloniens, celle de sacrifier des enfants en offrandes aux idoles qu’ils vénéraient. C’était un culte satanique dans lequel les babyloniens excellaient.

 

Cette idée est devenue certainement une obsession dans l’esprit d’Abraham à tel point qu’elle est apparue dans son songe. Devait-il se demander :  Comment des idolâtres sont capables d’immoler leurs propres enfants en offrandes à leurs fausses divinités, et ne suis-je pas moi, plus apte à faire de même pour le Seigneur des mondes ? 

Sacrifier son fils en offrande pour son Seigneur était surement pour Abraham un acte symbole d’Amour et de vénération, devait-il penser, lui qui a vécu parmi un peuple qui excellait dans cette pratique ?

 Ainsi le songe que fit Abraham était lié à cette tradition païenne, et au moment où Abraham passa à l’acte, Dieu l’interrompra pour remplacer l’enfant par un animal, car Dieu n’a nullement besoin d’un tel sacrifice, de surcroît pratiqué par des satanistes. On ne sacrifie pas un être humain pour Dieu, car Dieu a honoré l’Homme et a rendu sa vie sacrée, par conséquent, Dieu ne peut ordonner un tel acte, ce serait une grave contradiction.

 

Pour terminer cet article, rappelons que si la majorité des musulmans pensent qu’il s’agit d’un ordre divin, c’est une interprétation qui existe parmi d’autres, influencée par les « Israïliyyates » - anciennes écritures israélites, il n’y a qu’à lire le passage dans la bible : « Le sacrifice d'Isaac - Genèse 22, 1-14 ». Quand on compare les deux Livres : le Coran n’évoque aucun ordre divin, contrairement à la Bible qui le mentionne explicitement, et voici le début du passage :


« Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Ô Abraham !» Celui-ci répondit : « Me voici !» Dieu dit : « Prends ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l'offriras en sacrifice sur la montagne que je t’indiquerai … ».

 

Contrairement à la Bible, le Coran ne fait mention d’aucune volonté divine explicite de sacrifice d'enfant. Ni Il donne le nom de l’enfant (Isaac ou Ismaël), ni Il révèle la nature de la bête sacrifiée (Est-ce réellement un bélier comme l'affirme la Bible ? ou est-ce un autre animal ?). Car ces détails sont secondaires pour Dieu. Il veut que nous gardions de ce récit seulement l’essentiel, à savoir : Un homme (Abraham) était prêt à sacrifier son propre fils pour prouver sa vénération et son Amour à son Seigneur ! Qui peut atteindre un tel degré d'Amour pour Dieu ? 

Et retenons enfin la réponse à notre question initiale: Dieu n'a pas ordonné à son Prophète d'immoler son fils, non ! En réalité c'est Abraham qui va interpréter à sa façon son propre rêve comme étant un ordre divin, et Dieu intervient finalement pour sauver l'enfant en le remplaçant par une autre forme d'offrande.


Le: 2020-08-02 Par: M.A

Soutenez-nous