LEÇONS DE RAMADAN – LEÇON 8 - LE JEÛNE DE RAMADAN ET LA SOLIDARITÉ:



Si le jeûne de Ramadan est avant tout un temps spirituel, il présente d’autres avantages comme celui de la solidarité entre les individus et entre les peuples. Dieu nous rappelle cette valeur universelle dans un passage coranique :


« Entraidez-vous dans le bien (tout ce qui bon) et la piété et n’entraidez-vous pas dans le mal et l’hostilité. » (Coran 5 : 2)


Tout acte solidaire pendant le Ramadan est une action considérable auprès de Dieu, cela dans le but de nous inciter à poursuivre cette solidarité durant toute l’année. Le musulman se doit d’être généreux toute sa vie, aider autant qu’il le peut et davantage encore durant le mois de Ramadan. Il est rapporté dans la tradition prophétique d’après Tirmidhi :


« L’homme généreux est proche de Dieu, proche des gens, proche du Paradis, éloigné de l’Enfer. Et l’avare est éloigné de Dieu, éloigné des gens, éloigné du Paradis, proche de l’Enfer. D’ailleurs, un homme ignorant mais généreux est plus agréable à Dieu qu’un dévot avare. »


Sur le plan économique, pour éradiquer la pauvreté de la société, l’islam a imposé aux riches et aux plus aisés d’apporter un soutien (matériel ou financier) aux plus nécessiteux. Ainsi l’Aumône légale (zakats Al-Meel et Zakat El Fitr), tout comme la simple aumône facultative (Sadaqa) sont devenues des actes de dévotion et étroitement liées à la foi, de plus leurs récompenses sont innombrables et multiples auprès de Dieu et bénéfiques pour le croyant dans ce monde et dans l’au-delà. Des dizaines de Versets rappelles ce devoir de l’Aumône. A ce propos rappelons ce verset :


« Prélève de leurs biens une Aumône (Zakat/sadaqa) par laquelle tu les purifies (de leurs péchés) et les bénis, et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. Et Dieu est Audient et Omniscient. » (Coran 9 : 103)


D’autre part, tout croyant doit s’impliquer à l’édification d’une société plus harmonieuse, plus solidaire et plus juste. Ainsi, un bon croyant sincère dans sa foi et dans sa dévotion à Dieu (comme le jeûne du mois de Ramadan), celles-ci le pousseront inévitablement à l’épanouissement de sa société, à l’entre-aide, et à l’assistance publique. Celui qui ne peut donner de l’argent, il peut apporter toute autre forme d’aide à ses semblables, et elle lui sera comptée comme aumône (Sadaqa). En effet une sadaqa peut être d’ordre matériel, comportemental, ou spirituel. Celui qui ne possède rien, matériellement n’est donc pas lésé puisqu’il peut donner le meilleur de lui-même. Et à ce propos le Prophète a dit, d’après Ibn Hibbane:


« Le fait que tu souris à ton frère (humain) est une aumône; le fait que tu ordonnes le bien et que tu interdises le mal est une aumône ; que tu guides une personne sur une route où il est perdu est pour toi une aumône; que tu enlèves du chemin ce qui gêne, une épine, un os est pour toi une aumône; que tu verses de ton seau vers le seau de ton frère (humain) est pour toi une aumône; et accompagner le mal-voyant est pour toi une aumône ».


Le: 2020-05-02 Par: M.A

Soutenez-nous