LEÇONS DE RAMADAN – LEÇON 7:



Faire l’effort de jeûner le mois de Ramadan est un combat énorme livré par nous-mêmes, contre nos propres passions, contre nos propres désirs, et contre nos bas instincts, pour obéir à un ordre devin, et pour se recueillir en adoration devant Dieu, le Souverain.


Or il y a deux degrés du jeûne du mois de Ramadan


Le premier est une simple privation de nourriture, d’eau de désirs intimes. Ce jeûne est partagé avec des animaux qui le pratiquent également d'une autre manière (hibernation), pour ses vertus. La médecine et la diététique confirment que le jeûne est bénéfique pour la santé. C’est aussi une école qui nous inculque la modération , une recommandation coranique :

« Mangez et buvez, sans excès ! » (Coran 7 : 31)


Le second degré est fondamental. Il s’agit à travers le jeûne de Ramadan d’illuminer notre cœur de la piété, et de l’apaiser par le souvenir de Dieu. Cet acte spirituel a pour but également de nous réformer profondément, en purifiant nos esprits, nos paroles, nos pensées, nos intentions, nos actions pour atteindre l’excellence dans la noblesse morale, dans le comportement exemplaire, et dans la belle action de bienfaisance.


Jeûner le mois de Ramadan sans rechercher à atteindre ces objectifs, vus dans les précédents articles, ce jeûne devient une simple pratique mécanique d’ordre culturel ou sanitaire, et non spirituel. Dans cette simple intention, Dieu n’a nul besoin de notre jeûne. Ainsi le Prophète nous rappelle ces quelques enseignements :


« Celui qui ne s'abstient pas de proférer des propos mensongers et d'agir en conséquence, Dieu n'a nul besoin qu'il délaisse sa nourriture et sa boisson. » (Rapporté par Al-Bayhaqi)


« Celui qui ne délaisse pas les paroles et les actes mauvais, Dieu n’a pas besoin qu’il délaisse la nourriture et la boisson ! » (Rapporté par Al Boukhari).


« Toute bonne action qu’accomplit le fils d’Adam lui sera récompensée selon un barème allant de 10 à 700 fois, sauf le jeûne, a dit Dieu : « Le jeûne est fait pour Moi, et Je le récompenserai personnellement. Le jeûneur délaisse son désir et sa nourriture pour Moi ». Le jeûne est un bouclier. Lorsque l’un d’entre vous jeûne, qu’il se préserve des paroles déplacées et des colères. Si quelqu’un le provoque ou cherche à se battre avec lui, qu’il lui dise : « Je jeûne » (…). (Rapporté par Mouslim)


Le: 2020-04-30 Par: M.A

Soutenez-nous