RÉCIT 32 : Les enfants de Mohammed et de Khadija:



Mohammed mena sa vie avec Khadija durant 28 ans, jusqu’au jour où la riche commerçante succomba à sa maladie contractée lors du blocus économique contre la tribu Hachim. Ils eurent de leur mariage six enfants. Mohammed était donc papa de 2 garçons et de 4 filles. Rappelons que tous les enfants du Prophète sont nés de Khadija, excepté son fils Ibrahim qui est né de son épouse Marie la Copte, mais on y reviendra plus tard.

Mohammed eut avec Khadija 4 filles : Zaïneb, Roqayya, Oum Kaltoum et Fatima la plus jeune.  Les 2 garçons sont Al-Qacim et Abdoullah qui mourront en très bas âge, cela affligera énormément les parents. Il y avait une sagesse divine derrière ces épreuves. Si Mohammed laissa à sa mort un garçon, nombreux musulmans l’auraient certainement vénéré et proclamé successeur légitime pour être le commandeur. Mais Dieu préserva son Envoyé de divers reproches, notamment celui d’avoir instauré une monarchie familiale héréditaire. C’est ainsi qu’à la mort du Prophète, la majorité des musulmans ont prêté allégeance à Abou Baqr pour devenir le commandeur (Khalif), un personnage étranger à la famille de Mohammed.

Mais il existe aussi une autre raison bien plus importante. Dans une société où la naissance d’un garçon faisait l’objet de festivités et apportait joie et fierté à la famille, la fille cependant était méprisée et parfois enterrée vivante parce qu’elle symbolisait le malheur et le déshonneur chez les arabes de l’époque. Ainsi Mohammed devait être le père de 4 filles, alors que ses deux garçons seront rappelés très tôt par son Seigneur. Mohammed allait donc chérir, éduquer et voir grandir à ses côtés que des filles.

Mohammed comprit le message de cette sagesse divine, il mesura la valeur et la grandeur de cette fille que son peuple méprisait et enterrait vivante parfois. On a toujours connu le Prophète pour cette tradition : lorsqu’il était assis, Il ne se levait jamais pour personne. Or Il se levait uniquement pour sa fille, en l’occurrence Fatima quand elle venait à Lui, c’était une façon pédagogique d’éduquer par cet acte qui laissait dire : « Oui ! Je me lève en signe d’honneur que pour ma fille ! Alors que vous méprisez les vôtres, et d’autres parmi vous les tuent en les enterrant vivantes ! » 

La bienveillance à l’égard des filles et leur éducation furent un des combats importants du Prophète. Il sensibilisera sans cesse les musulmans à ce devoir. Il promettra même le paradis à celui fait preuve d’Amour et éduque ses filles de la plus belle manière. Mohammed comprit que la grandeur d’une Nation réside dans leur éducation tout comme dans leur instruction. Et comme dit le proverbe : « Celui qui éduque un garçon n’éduque qu’un seul individu, mais celui qui éduque une fille éduque toute une Nation ».

L’éducation de Mohammed permit à ses filles d’être des exemples, l’honneur était fait à celui qui reçut la main de l’une d’entre elles. Fatima par exemple était réputée pour ses qualités de femme patiente, honnête, travailleuse et qui ne se plaignait jamais, ni ne s’adonnait à la médisance. Elle se maria à Ali Ibn Abi Talib et lui donna 2 fils qui deviendront des héros se battant pour la justice et la défense des plus faibles et des opprimés comme le fut leur grand-père Mohammed. Oum Kaltoum, Roqayya et Zaïneb se marieront également, mais elles décéderont avant leur père, alors que Fatima s’éteindra environs 6 mois après la mort du Prophète.  

L’éducation de Mohammed permit aussi l’émergence de femmes savantes, juste à sa mort on dénombrait déjà quelques centaines d’entre-elles. Sous le règne de Omar Ibn Al Khattab (environs 2 ans après la mort du Prophète), son éducation permit également pour la première fois, dans cette société patriarcale, qu’une femme soit désignée pour ses compétences en matière de commerce comme inspectrice de l’éthique commerciale sur le marché de Médine (dominé par les hommes), elle était redoutée et n’hésitait à punir les tricheurs. Il existe ainsi des tas d’exemples qui mériteraient d’être cités. Le but était de poursuivre cette éducation et cette évolution de la société initiées par le Prophète. Hélas sous les règnes successifs des empires musulmans, et avec la complicité d’imams, la femme sera peu à peu isolée, réduite à l’ignorance et parfois à la non existence ; ainsi les conséquences néfastes se font ressentir jusqu’à nos jours. 


Le: 2019-01-06 Par: M.A

Soutenez-nous