RÉCIT 64 : Les mecquois font appel aux rabbins pour piéger Mohammed:



Obstinés dans leur haine de Mohammed et de sa religion, Qoreïche décida d’envoyer une délégation à Yathrib (Médine) pour rencontrer des célèbres rabbins de cette cité. A la tête de cette délégation, on trouve deux chefs qoreïchites acharnés contre Mohammed : Abou Djahl et Al-Walid Ibn Al-Moghrira. L’objectif de cette rencontre était de demander à ces rabbins de lister une série de questions pièges afin de discréditer la prophétie de Mohammed et de le rendre non crédible auprès de ses compagnons et des gens en général. Parmi toutes les questions listées, 3 questions pièges furent retenues. Par ailleurs, trois à cinq Rabbins parmi les plus érudits furent conviés à la Mecque afin de témoigner de la véracité ou non de la prophétie de Mohammed.

Arrivés à la Mecque, des chefs de Qoreïche organisèrent une rencontre avec Mohammed pour lui poser les 3 questions suivantes :

1.   Qui sont les gens de la caverne (des 7 dormants d’Ephèse), et combien étaient-ils ?

2.   Qu’est-ce qu’Ar-Rouh (l’âme) ?

3.   Quel est le récit de Dhou Al-Qarneïne (l’homme aux deux cornes) ?

Le Prophète n’avait aucune réponse à fournir, puisqu’Il ignorait totalement ces sujets. Le Prophète dans son enthousiasme, et confiant que la révélation du Coran allait descendre pour lui apporter les réponses, Il leur dit : « Je répondrais demain à vos questions !». Or plusieurs jours se sont écoulés sans que l’Ange Gabriel ne se manifesta. Cette longue attente mit mal à l’aise le Prophète et donna raison à ses détracteurs qui scandaient : « Mohammed a été induit en erreur ». On peut facilement imaginer la scène : les gens étaient dans l’attente des réponses, Mais Mohammed ne répondit pas, alors qu’Il promettait de donner les réponses au lendemain. Les seigneurs de la Mecque furent réjouis de cette situation, ils pensèrent avoir discrédité Mohammed définitivement.

Quelques jours sont passés, et voilà l’Ange Gabriel qui se manifesta pour mettre fin aux polémiques, avec de nouvelles révélations du Saint Coran. Dieu dans ces révélations coraniques va d’abord rappeler une leçon importante à Mohammed, car par un instant d’oubli, Il avait omis de mentionner la volonté de Dieu lorsqu’Il répondit aux questionneurs : « je répondrais demain à vos questions ».

« Et ne dis jamais, à propos d'une chose : « Je la ferai sûrement demain », Sans ajouter : « Si Dieu le veut », et invoque ton Seigneur quand tu oublies et dis : « Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct. » (Sourate 18. Versets 23-25)

 

Puis vinrent les réponses aux trois questions posées. Les Rabbins qui connaissaient bien l’histoire « des gens de la Caverne » ont trouvé opportun de tester Mohammed en exigeant qu’Il narre leur récit et donne leur nombre exact. Or ni Mohammed, ni les mecquois n’avaient idée de ce récit. Dieu révéla l’essentiel de cette histoire dans la Sourate la « Caverne » – Compte tenu que le passage est long, nous ne citerons que deux Versets, tout en vous invitant à lire le passage complet - (Sourate 18 - Versets 9 à 25). Dieu dit :


« … Nous allons te raconter leur récit en toute vérité. Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur ; et Nous leur avons accordé les plus grands moyens de se diriger [dans la bonne voie]. Nous avons fortifié leurs cœurs lorsqu’ils s’étaient levés pour dire : « Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre : jamais nous n’invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi, nous transgresserions dans nos paroles… »

Dieu répondit également à la seconde question posée par les rabbins et les mecquois qui s’interrogent à propos de la nature de l’âme. A cette question Dieu répondit :

« Et ils t'interrogent au sujet de l'âme, - Dis : « l'âme relève de l'Ordre de mon Seigneur ». Et vous n’avez été dotés que de peu de science ». (Sourate 17 ; verset 85)

Les Rabbins voulaient piéger Mohammed, ils s’attendaient à ce qu’Il décrive cette âme, alors que dans les anciennes écritures (la Thora) elle demeure un mystère dont seul Dieu connait la véritable nature. Le Coran rappelle également dans ce verset que l’âme est un mystère qui dépasse l’intelligence humaine pour comprendre sa nature.

Enfin vient la troisième question à propos de l’homme aux deux cornes. Certains prétendent qu’il s’agit d’Alexandre le Grande, d’autres historiens musulmans rejettent cet avis. Nous ne citerons que deux versets aussi, et nous vous invitons à lire tout le passage dans - (Sourate 17 ; verset 85-99)

« Et ils t'interrogent sur Dhoul-Qarneïne (l’homme aux deux cornes). Dis : « Je vais vous en citer quelques faits mémorables ». Vraiment, Nous avons affermi sa puissance sur terre, et Nous lui avons donné libre voie à toute chose. Il suivit donc une voie… »  

Alors que les Rabbins confirmèrent l’authenticités des Versets récités par Mohammed, les seigneurs de la Mecque n’ont pas cru en sa prophétie ; pire, ils allèrent accentuer leurs méfaits à son égard. Comment peut-on qualifier ces gens qui s’entêtèrent à poursuivre leurs persécutions envers le Mohammed ?


Le: 2019-02-25 Par: M.A

Soutenez-nous