RÉCIT 60 : Les calomnies lancées contre le Prophète Mohammed:



L’oncle du Prophète, Abou Lahab ouvrit donc la porte des hostilités envers la personne du Prophète Mohammed. Cela va pousser les seigneurs de la Mecque à se réunir à Dar An-Nadwa afin de décider d’un commun accord une stratégie à adopter pour contrer Mohammed et son Message. Les chefs de Qoreïche s’accordèrent à lancer une campagne que nous qualifions aujourd’hui de « tapage médiatique » contre la personne de Mohammed. Leur stratégie première était de lancer plusieurs calomnies sur Mohammed afin de le discréditer vis-à-vis du peuple, de semer le doute dans l’esprit des gens, cela dans le but de rendre inaudible son discours, et de l’empêcher de s’exprimer.

C’était une guerre psychologique déclarée contre le Prophète. Ils vont lancer à la suite, 5 calomnies pour le discréditer vis-à-vis des mecquois mais aussi vis-à-vis des tribus arabes qui venaient à la Mecque pour le pèlerinage ou le commerce. La plus grande crainte pour Qoreïche était la période du pèlerinage, où beaucoup de gens étaient présents à la Mecque.

La première calomnie lancée fut celle d’accuser Mohammed de folie : un fou, un possédé. La rumeur gagna toutes les maisons de la Mecque, celui qui croisait Mohammed le fuyait ou le traitait de fou. Le Prophète en fut attristé, car traiter de fou une personne à cette époque était une des pires insultes. Puis le Prophète fut taxé à la suite de devin, de sorcier, d’imposteur (menteur) et de poète.

Cependant Mohammed devait endurer face à ces intimidations, Il ne devait point répondre à la provocation, ni tomber dans la victimisation, ni crier à l’islamophobie, ni même appeler à la révolte armée ou ordonner aux musulmans avec Lui à le venger par ce qu’Il est insulté. Il est important de retenir cette leçon prophétique, Mohammed est un Messager de la paix et de la miséricorde, du pardon et de la conciliation. Il ne devait pas prêter attention à ces calomnies, au contraire Il priait Dieu afin de pardonner l’ignorance de son peuple.  

Le Prophète devait poursuivre sa mission à prêcher sa religion, sans se laisser perturber par ces rumeurs, Il ne devait pas prêter attention à toutes ces calomnies, car Il était appelé à se conformer aux orientations du Coran dont voici quelques passages révélés durant toute cette période de «  tapage médiatique » contre la personne de Mohammed :

 « Endure avec patience la sentence de ton Seigneur, et ne soit pas comme l'homme au Poisson (le Prophète Jonas qui avait abandonné son peuple) qui appela (Dieu) dans sa grande détresse. Si un bienfait de son Seigneur ne l'avait pas atteint, il aurait été rejeté honni sur une terre déserte, puis son Seigneur l'élut et le désigna au nombre des gens de bien. Peu s'en faut que ceux qui mécroient ne te transpercent par leurs regards, quand ils entendent le Coran, ils disent : « Il est certes fou ! ». Et ce n'est qu'un Rappel, adressé aux mondes ! »  (Sourate 68 ; verset 48-52)

« Rappelle donc et par la grâce de ton Seigneur tu n'es ni un devin ni un possédé ; Ou bien ils disent : « C’est un poète ! Attendons pour lui le coup de la mort ». Dis : « Attendez ! Je suis avec vous parmi ceux qui attendent ». Est-ce leurs passions qui leur commandent cela ? Ou sont-ils des gens outranciers ? » (Sourate 52 ; versets 29-32

« Et ils (les Mecquois) s'étonnèrent qu'un avertisseur parmi eux leur soit venu, et les négateurs disent : « C’est un magicien (un sorcier) et un grand menteur, réduira-t-il les divinités à un Seul Dieu ? Voilà une chose vraiment étonnante ».   (Sourate 38 ; versets 4-5)

« Et s’ils te traitent de menteur, certes on a traité de menteurs des Messagers avant toi. Vers Dieu cependant, tout est ramené ».

Sourate 35, 4

« Le ciel, Nous l'avons construit par Notre puissance : et Nous l'étendons [constamment] : dans l'immensité. Et la terre, Nous l'avons étendue. Et de quelle excellente façon Nous l'avons nivelée ! Et de toute chose Nous avons créé [deux éléments] : de couple. Peut-être vous rappellerez-vous ? « Fuyez donc vers Dieu. Moi, je suis pour vous de Sa part, un avertisseur explicite. Ne placez pas avec Dieu une autre divinité. Je suis pour vous de Sa part, un avertisseur explicite ». Ainsi aucun Messager n'est venu à leurs prédécesseurs sans qu'ils n'aient dit : « C’est un sorcier ou un possédé » ! Est-ce qu'ils se sont transmis cette injonction ? Ils sont plutôt des gens transgresseurs. Détourne-toi d'eux (ces mecquois outranciers), tu ne seras pas blâmé [à leur sujet]. Et rappelle ; car le rappel profite aux croyants. » (Sourate 51 ; versets 47-55)

Si Mohammed endurait patiemment ces épreuves, on peut dire qu’Il était très tolérant même envers ceux qui cherchaient à le discréditer, c’est une force mentale donnée aux Prophètes. Il laissait les gens le critiquer sans jamais recourir à la une moindre violence verbale ou physique. De toutes ces insultes proférées à son encontre, celle qui l’attrista beaucoup fut d’être traité de menteur, ce Mohammed qui n’avait jamais menti de sa vie. Dieu pour apaiser son cœur lui révélera ce passage coranique :

« Nous savons à quel point leurs propos t’attristent. En réalité, ce n’est pas toi qu’ils (les mecquois) traitent de menteur ; ce sont les signes de Dieu que ces négateurs (outranciers) traitent d’imposture. Les Prophètes [venus] avant toi furent traités également de menteurs. Ils supportèrent avec patience d’être traités de menteurs et vexés jusqu’à ce que leur vînt Notre secours. Et nul ne peut modifier les paroles de Dieu, et l’histoire des Prophètes t’est déjà parvenue ».  (Sourate 6 – versets 33 et 34)

Dieu sait que Mohammed est attristé par cette calomnie, pourtant Il lui rappelle son devoir d’accepter cette épreuve, comme d’autres prophètes avant Lui. Y’a-t-il appel à la vengeance et à la révolte ? Y’a-t-il appel à la violence ? Y-a-t-il appel à la victimisation ? Les réponses viendront au fur et à mesure de cet exposé sur le Prophète Mohammed…


Le: 2019-02-19 Par: M.A

Soutenez-nous